Goma : Les journalistes et juristes outillés sur les notions relatives à la protection de droits de l’enfant en période de conflits armés

Un reportage de Jean Paul Kombo

20 personnes parmi lesquelles, les journalistes de différents organes de presse membre du collectif des éditeurs de presse œuvrant dans la province du Nord-Kivu entre autre à Goma, en territoires de Rutshuru et masisi, ainsi que quelques avocats et défenseurs judiciaires de la place, ont bénéficié d’une formation de deux jours axée sur la protection de droits de l’enfant initiée par le Collectif des Éditeurs de  Presse de la ville de Goma, avec l’appui de la section protection de l’enfant de la Monusco petit- nord de la province.

Cet atelier organisé en marge de la célébration du 32 ème anniversaire de la journée  internationale de droits de l’enfant, commémorée le 20 décembre de chaque année,  visait à contribuer au renforcement des capacités des participants  en matières de techniques et stratégies de prévention des violences graves de droits de l’enfant pour une meilleure communication et diffusion des messages de sensibilisation sur ce phénomène.

Du 2 au 3 décembre2021, différents modules ont été développés par des experts pour lesquels des échanges et jeu de questions-réponses s’en suivaient aux fins d’une bonne compréhension des notions dispensées.

les participants prenant l’engagement de dire non aux violences contre les enfants

13 thèmes en étaient au programme notamment, les instruments juridiques de protection de l’enfant;- les notions de droits de l’Homme;- les outils de la protection de la population civile, mandat et activités de la section des affaires civiles de la Monusco;-le rôle de média dans la consolidation de la paix;- les violences sexuelles en période de conflits armés;- la communication médiatique sensible au genre;- l’évaluation de l’âge et discussion;- processus DDRRR avec un focus sur le DDR-Enfant;- communication avec les groupes armés pour la libération des enfants;- mécanisme de surveillance de communication de six violations graves de droits de l’enfant;- lutte contre l’impunité et enfin la présentation du Groupe de Travail Technique Conjoint sur les enfants et les conflits armés.

De tout ce qui précède,  « on ne peux pas informer sans  être formé » c’est la première phrase du mot du président du collectif des éditeurs de Presse Papy Okito Teme, aux journalistes participants à l’atelier, qui a  remercié par l’occasion la section de protection de droit de l’enfant pour l’appui sans faille apporté à l’organisation de cet atelier qui a permis aux journalistes d’acquérir des connaissances sur la protection des enfants. Par ailleurs, il a aussi présenté ses remerciements aux dirigeants de l’UNPC section du Nord-Nord, pour leur accompagnement, avant de demander par la suite, aux journalistes de bien mettre en œuvre les applications issues  de la formation pour la protection intégrale de droits des enfants.

le rôle de médias dans la consolidation de la paix avec Amadou Ba

Dans son motde clôture, la Cheffe  de section de cette missiononusienne au Petit-Nord de la province du Nord-Kivu Mme Sandra  Lucette Panan, a de prime abord remercié les participants pour leur assiduité et participation observées dès le début jusqu’à la clôture de ces assises aussi importantes de par les violations que continuent à subir les enfants dans cette partie du pays où la sécurité demeure encore fragile avec la multiplicité de groupes armés. Il a rappelé que, durant les périodes de trouble, ce sont les enfants et les femmes qui en payent le prix à travers différentes violations de leurs droits dont ils sont régulièrement victimes.  Pour ce faire, il a appelé les participants à bien vouloir mettre en pratique les notions apprises au cours de cet atelier afin de voir comment contribuer au respect des droits des enfants pour l’amélioration de leur croissance. Plus particulièrement aux journalistes qui présentent des canaux par excellence de transmission des messages entre la base et le sommités de l’État, il les a exhortés à non seulement vulgariser et sensibiliser la masse sur ces notions relatives au respect de droits de l’enfant, mais surtout à dénoncer les cas de leurs violations pour que les auteurs et coauteurs  en soient punis ainsi prévenir également des éventualités décevantes dans ce domaine.

Pour sa part, le représentant du Gouverneur militaire du Nord-Kivu, qui a d’abord rendu hommage au Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi pour son souci manifeste du rétablissement de la paix au Nord-Kivu, a remercié le partenaire de tous les jours, la Monusco pour cet atelier qui touche la classe des enfants dont la vulnérabilité  nécessite l’apport de tout un chacun des adultes pour  leur croissance harmonieux.  Il a en outre, appelé les participants à pouvoir mettre à profit les matières acquises pour l’interpellation et la conscientisation de la masse sur le respect de droits de l’enfant qui mérite protection. Clôturant son speech, il les a demandés d’accompagner et soutenir l’Etat de siège mise en place pour matérialiser la préoccupation du gouvernement central liée à la restauration de l’autorité de l’Etat et l’instauration de la paix au Nord- Kivu sans lesquelles, les droits de l’enfant restent toujours menacés par la persistance des groupes armés.   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.