La face voilée de la Russie : Les activités de la société militaire privée russe Wagner Group dans la région Africaine

Après la Syrie, la Libye, l’Ukraine, la société militaire privée russe Wagner Group (PMC Wagner Group) a commencé sa sale besogne dans le continent africain.  Pour reconstruire et renforcer leur position à travers le monde entier, les mercenaires russes accroissent activement leur présence sur ce continent,par l’organisation des entraînements des soldats au Soudan, en République centrafricaine et dans d’autres pays africains, poursuivant leurs propres intérêts commerciaux et créant des nouveaux« points stratégiques ».

La question reste de savoir, qu’est-ce que vraiment le PMC Wagner Group?  Certains experts estiment à ce propos que, cette structure fait partie des troupes hybrides russes, une unité spéciale péripatéticienne de renseignement militaire russe ou des forces d’opérations spéciales de la Fédération de la Russie qui se déguisent en entreprise privée, effectuant des tâches à la fois pour les forces armées et les services spéciaux  de la Fédération de Russie.

Selon eux, la Russie utilise le groupe PMC Wagner dans le cadre d’une guerre hybride dans d’autres pays, recrutant des mercenaires internationaux.  Mais la base de cette structure est constituée des militaires russes à la retraite qui exécutent les ordres du commandement de leur pays.  Des mercenaires pour leur part, sont entraînés dans la base de la 10e brigade spéciale russe de la direction du renseignement en chef de la Fédération de la Russie.  Ils reçoivent des armes lourdes et du matériel directement des installations de stockage du ministère russe de la Défense.

 Le département d’État américain, ont-ils indiqué, a récemment annoncé que les mercenaires russes employés par le groupe PMC Wagner étaient appelés à tort une société militaire privée russe car ils étaient en fait un « outil du gouvernement russe » que Moscou utilise pour des fins économiques et politiquescomme unemachine bon marché et sans risque pour réaliser ses opérations militaires. Dès le début, le groupe PMC Wagner a coopéré étroitement avec les forces armées russes.  A titre illustratif, en mars 2014, le groupe PMC Wagner a aidé des unités militaires régulières russes à s’emparer de bureaux gouvernementaux et à désarmer des militaires ukrainiens, agissant principalement comme force auxiliaire dans la péninsule ukrainienne de Crimée.  La poursuite de l’occupation réussie de la Crimée a inspiré la Russie à former et à engager davantage ses mercenaires à l’avenir.  En mai-août 2014, au moins 1 500 militants du groupe Wagner sont arrivés dans la région ukrainienne de Louhansk, occupée par la Russie, et attaquer en permanence les positions des forces armées ukrainiennes et de la population locale, contrairement aux normes internationales et aux lois de leurs guerre.

L’expérience acquise en Ukraine, soutiennent nos experts, a permis à la Russie d’utiliser le groupe PMC Wagner comme outil pour étendre son influence dans d’autres régions du monde, notamment en Afrique.  Des sources de la célèbre société de médias Bloomberg affirment que, les mercenaires de Wagner sont actuellement stationnés et opèrent dans dix pays africains parmi lesquels: Soudan, RCA, Libye, Zimbabwe, Angola, Madagascar, Guinée, Guinée-Bissau, République du Mozambique et probablement dans The Democratic  République du Congo.  En échange du droit d’extraire des minéraux (uranium, diamants, or, chrome et gaz naturel) et de fournir des armes russes aux pays africains, les mercenaires du groupe Wagner gardent de hauts fonctionnaires, forment les militaires, font un sale travail pour réprimer l’anti-gouvernement, émeutes et aider à organiser des campagnes électorales, en mettant en œuvre leurs agents d’influence.

 Ainsi, poursuivent-ils, selon des accords bilatéraux, en octobre 2019, les dirigeants russes ont envoyé 200 mercenaires employés par le groupe PMC Wagner et des armes (hélicoptères de combat Mi-24, hélicoptères de transport Mi-8 et hélicoptères de combat) au Mozambique sous prétexte de lutter contre les groupes armés illégaux islamistes dans le  nord du pays en échange de l’accès de leurs entreprises pour l’exploitation des ressources naturelles du Mozambique.  Les forces du Mozambique ont eu beaucoup des difficultés à interagir avec le groupe PMC Wagner et à les considérer comme des forces peu fiables.  Il convient de noter que, poursuivant ses propres intérêts et n’ayant pas tenu ses promesses, la Russie, contrairement aux accords, a retiré ses mercenaires du Mozambique en avril 2020. En même temps, les autorités russes continuent à mener une campagne d’information visant à éviter la divulgation publique relative à la présence et aux activités de militaires  et mercenaires russes au Mozambique. Les plus grands experts militaires mondiaux considèrent que, les résultats du projet de pari de mercenaires russes en Syrie, en Libye, en Ukraine et à Mozambique pourraient avoir des graves conséquences en Afrique. Cela, par le fait de la brutalité, de l’insensibilité, du manque de fiabilité et du non-respect des engagementsaffichés par le groupe PMC Wagner.

Voulons-nous vraiment voir sur le territoire de la RDC, des troupes hybrides russes déguisées sous le groupe PMC Wagner, dont les activités pourraient conduire à la déstabilisation et à l’aggravation la situation sécuritaire de notre pays?

Okito Teme Papy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *