Dossier Tours Hôtel : La léthargie des autorités provinciales dans l’application de la loi décriée

Alors que tout a déjà été tranché par la justice en faveur de la société Tours hôtel dans le dossier l’opposant aux soient disant autochtones montés de toute pièce par un groupe des prédateurs de sa concession d’environ 4 hectares, les autorités de la place ne veulent toujours pas faire appliquer le jugement rendu et les instructions leurs données par l’ex vice premier ministre et ministre de l’intérieur Henry Mova Sakani leur demandant de remettre cette société dans ses droits.

Nul n’ignore que, la société précitée a été victime de convoitise d’un groupe de gens malintentionnés qui, pour s’accaparer de son terrain, avaient taillé une conjuration la mettant en conflit foncier l’opposant aux soient disant autochtones présentés comme les propriétaires légaux de ladite concession.

Sous cette main noire du niveau provincial, une compagnie de construction des bâtisses de la place, sans un quelconque jugement ni autorisation légale, s’est permise de dépêcher un Caterpillar sur le site de la firme Tours hôtel et procédé à la destruction de la clôture qui protégeait ce patrimoine.

Curieusement, après cette destruction méchante, les gens qui y construisaient des maisons avant l’interdiction de la justice, n’étaient pas les autochtones qu’on brandissait en aval, mais plutôt de grandes personnalités de la ville si pas de la province, avec la bénédiction du conservateur des titres immobiliers Eliabe Nkizinkinko, mettant ainsi à nu une conspiration malsaine pour laquelle ont largement contribué certaines autorités haut placées aux vues de leurs intérêts mesquins.

La question qui plane sur les têtes de bon nombre d’analystes avertis, est celle de savoir, pourquoi les décideurs de la province, traînent-ils le pas pour faire exécuter les instructions leur données par la hiérarchie et la justice ? Les correspondances y relatives mises à la portée de l’opinion publique demeurent claires à ce sujet. Il s’agit là en un mot, de remettre Tours hôtel ainsi que Mr Victor Ngezayo, dans ses droits. Par là, on entendra, le déguerpissement de tous ceux qui y ont déjà construit, et la reconstruction complète et rapide de sa clôture méchamment démolie, sans pour autant parler du paiement d’un dommage d’intérêts pour avoir causé du tort à cette dernière. Cela, à forte raison que, la concession querellée est couverte par un document de propriété enregistré au nom de Tours Hôtels au niveau de service du cadastral.

Nous croyons pouvoir dire qu’en perspective de la politique de l’instauration de l’État de droit que prône l’actuel Chef de l’État, Son Excellence Félix Antoine Tshisekedi  dont il fait d’ailleurs un pivot pour bien faire décoller la nation, ces autorités faisant partie de ce réseau malveillant vont devoir appuyer cette vision du Chef, en procédant le plus rapidement possible à l’exécution des  instructions relatives à ce dossier pour mettre fin à ce couac qu’elles veulent irrationnellement rendre persistant. Cela, pour l’intérêt de la sauvegarde de notre jeune démocratie chèrement acquise et l’honneur de notre pays à travers le monde entier. Il y a donc urgence.

Okito Teme Papy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *