Barreau du Nord-Kivu : Me Abel Ntumba réélu bâtonnier

 C’est certainement par son savoir-faire, son sens élevé de l’ordre, la discipline et celui de se pencher sur les actions susceptibles à faire avancer cette organisation que, le précité a été porté avec succès en date du Mardi le 19 novembre de cette année à la tête du barreau de la province du Nord-Kivu, par ses pairs avocats à travers un score louable de 2O7 voix contre 152, défiant ainsi ses challengeurs, a-t-on constaté sur place.

Le Bâtonnier Abel Ntumba le jour de son Election

Ce dernier, aura de nouveau à diriger ce corps d’avocats de cette province pour un mandat de trois ans non renouvelable comme le stipulent les textes qui régissent cette corporation de cette catégorie du monde juridique.

A l’issue d’une interview à bâton rompu qu’il avait bien voulu accorder à votre support peu après sa brillante élection, il a mis cette occasion à profit pour parler brièvement de son action posée lors du mandat écoulé  et de sa vision sur sa nouvelle mandature.

D’entrée de jeu, il a préféré commencer par quelques actions bénéfiques au barreau menées au cours du mandat qui vient de s’achever.  Elu en 2016, après un état de lieu effectué sur la santé du conseil de l’ordre des avocats au sommet duquel il était élu pour la première fois, il a trouvé d’abord d’utilité extrême de parachever les travaux de construction des installations du bâtiment qui abrite présentement le bureau de leur organisation, entamés lors du mandat de l’un de ses deux proches prédécesseurs, son ainé, le bâtonnier honoraire Me Midago.

En second lieu, a-t-il dit, c’était le cap sur la capacitation des avocats pour les rendre beaucoup plus compétitifs par des formations de renforcement des capacités, pour lesquelles, des formateurs venant,  et de l’intérieur du pays et de l’extérieur, étaient mobilisés pour cette fin, la fonction d’avocat étant bien entendue tributaire des compétences.

Troisièmement, a-t-il indiqué, il était question de consentir des efforts allant dans le sens d’assoir la situation socio-financière de l’avocat, en mettant un accent particulier sur ses honoraires pour donner lieu à son épanouissement.

Puis, a-t-il poursuivi, viendra le tour de se donner corps et âme afin d’ouvrir le barreau au monde, en vue de l’éviter d’un fonctionnement en vase close pour lui permettre d’évoluer de manière assez adéquate.

Ce qui l’a permis de faire son entrée comme membre effectif, au sein de l’Association des Barreaux des Pays de Grands Lacs, de la Conférence des barreaux de la zone OHADA, de la conférence  Africaine des Barreaux de Tradition Commune également appelée CUB et très bientôt, a-t-il confirmé, il fera partie de l’Union Panafricaine des avocats.

Pour arriver à ses réalisations, a, ensuite  révélé le bâtonnier Abel Ntumba, il s’est focalisé sur une étroite collaboration entre lui et les membres du bureau du conseil et de manière générale, tous les avocats sous son pouvoir résolutif. Cela, en mettant en exergue leur principe qui rappelle que «  sous la robe de l’avocat, il n’y a pas de sexe, de tribu, ni de race, et de classe sociale », pour ainsi dire que, le barreau est un et indivisible autour duquel tous les avocats ont le devoir de s’unir pour apporter chacun sa contribution aux fins de son émergence.

Comme message, Me Abel Ntumba, bâtonnier du barreau du Nord-Kivu, a de prime abord remercié ses pairs, pour avoir renouvelé leur confiance en sa personne, en lui accordant ce second mandat malgré des pressions de tiers personnes venant de tout bord.

Cette attitude marquant leur ténacité sur le caractère d’indépendance, a-t-il renchéri, reste à féliciter et à encourager, car, a-t-il ajouté, l’indépendance demeure inhérente à la profession de l’avocat  et tout avocat qui n’en jouit pas, ne l’est pas à juste titre.

Il les a ensuite appelés, à s’unir autour des principes qui les lient, afin que le barreau en général et l’avocat lui-même, puissent ensemble émerger aussi bien au niveau provincial, national, qu’international.

Parlant des actions à mener au cours de son second mandat fraichement lui accordé par ses confrères, il a simplement fait savoir qu’il sera question d’achever les projets vitaux et utiles mis en place qui restent en souffrance dans le cadre de l’avancement de leur ordre, et voir comment pouvoir lancer tant d’autres, pour l’amélioration des conditions socio-économiques et professionnelles de l’avocat.

Okito Teme Papy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *