Education: Bertin kalenda salongo, un faussaire qui crache sur l’eftpma Nord-Kivu 2

En dépit d’inlassables efforts consentis, par le secrétariat général en appui à la politique du ministre de la  fpam, à l’eftpma Nord-Kivu 2, les choses atypiques s’y prévalent continuellement. Les causes demeurent, l’inexpérience et la sous qualification du proved eftpma à Butembo, faussaire et détenteur de titres académiques frauduleux M. Kalenda Salongo . Ce qui irrite plus d’un agent et partenaire éducatifs. La province éducationnelle Nord Kivu 2, est la toute dernière du pays où le service est loin de sceller un partenariat réussi.

Depuis la rentrée scolaire 2018-2019, le secteur de l’enseignement technique et professionnel reste piétiné et déçois même. Si la direction seepef (Service des effectifs et paie du personnel enseignant et formateur) et l’inspection font tout de même quelques progrès; çà et là, chaque sous division est dans l’obligation de déployer toute sa diplomatie pour asseoir le service. « Nous nous battons comme des petits diables afin de renforcer notre partenariat avec les gestions, les centres de formation professionnelle et les écoles organisant les filières techniques. Sans cela, nous risquons de revivre les mêmes problèmes des années antérieures », explique sous anonymat l’une des autorités à la division à Butembo. Dans ce secteur l’info’ ne passe presque pas bien. «  Le proved kalenda devait plutôt se consacrer au  renforcement des contacts et à rassurer en persuadant les partenaires. Et eux à leur tour de répercuter les messages à la base, ce qui n’est pas le cas, » regrette un expert du secteur à butembo. L’incapacité managériale de kalenda salongo, un autodidacte qui  a peine à asseoir une organisation rationnelle de tout l’eftpma au Nord- Kivu 2, fait trainer l’avancement de ce secteur au point de perdre sensiblement respect et confiance des agents. « Nous sentons que le proved accuse d’énormes insuffisances pour être à la hauteur de sa tâche, » disent-ils. Et d’ajouter « c’est parce qu’il n’est pas un cadre universitaire ». « Pourquoi alors lui laisser à ce poste ? », s’interrogent-ils amèrement espérant voir les nouvelles autorités des écoles et centre de formation professionnelle de mettre un terme à cet amateurisme préjudiciable. Les sous divisions sont quasiment abandonnées à leur triste sort. Elles sont soumises à plus d’imaginations et créativités pour avoir une main mise sur la gestion face à un proved qui fait avaler  à ces protecteurs des espèces sonnantes, trébuchantes, et un pas droit sur ces faux titres académiques et son incapacité managériale. « Même en lisant ces correspondances on sent de l’amateurisme pur et simple », témoigne un gestionnaire. « Autodidacte et faussaire, Il est difficile d’attendre quelque chose de réalisme chez un proved à une scientificité douteuse », explique l’un des responsables des associations de parents d’élèves à butembo. Et de poursuivre « on lui a confié une si lourde responsabilité qui surpasse ses capacités. Il faut vite trouver une personne qualifiée selon les textes légaux, pour lui remplacer, il faut entre autre un gradué ou licencié. Ce qui n’est pas le cas pour kalenda salongo bertin, le proved eftpma Nord-Kivu 2 ». Ceci comparativement  à Goma, en province éducationnelle Nord-Kivu 1, où les choses vont comme il se doit. Ce dernier qui se fait passer d’abord, pour un gradué en gestion de développement à l’ISIG/Goma, ensuite gradué puis de licencié en science de l’éducation et psychologie à l’université Saint Joseph de Goma, n’y a jamais foulé ses pieds comme étudiant, et pas même inscrit, pour enfin dire qu’il ne se retrouve nulle part dans les palmarès de ces institutions. Où a-t-il alors cousu ses faux titres ? En-tout-cas lui seul sait de quel labo ont été fabriqués ses grades et licence. Certes un labo fantôme qui irrite ces institutions pourtant crédibles.  » C’est un préjudice énorme de se permettre de brandir ces faux documents pendant que la loi est là pour s’appliquer et remettre les choses en ordre« , regrette d’un ton ferme le service académique de l’ISIG/Goma. « Nous avons été saisis par les autorités pour ce dossier de notre prétendu étudiant kalenda salongo bertin qui n’a jamais fait partie de notre université, en tout cas jamais », a de sa part confirmé l’université Saint Joseph de Goma qui très en colère a promis de saisir la justice. De sources concordantes, ce dossier à classer dans le panier de faux et usage de faux serait en cours à Kinshasa et à Butembo tout comme à Goma pour que ne soit pas ternie l’image de l’eftpma.  » C’est faux tout ce qui est raconté sur moi, c’est de la méchanceté », se contente de dire l’incriminé, qui a toujours usé de son argent pour fermer les yeux aux autorités qui le couvrent. L’attention est désormais tournée vers le Gouverneur et Madame la ministre provinciale de l’éducation, juriste et avocate de formation en perspective de mettre un terme à cet amateurisme à la tête de l’eftpma Nord –Kivu 2, pour ainsi redonner un souffle nouveau à ce secteur important dans l’émergence du Congo, tel que le souhaite tant, le  Président et Garant de la Nation, Félix-Antoine Tshisekedi-Tshilombo.

Le Bulldozer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *