RDC/ RWANDA; Henry Mova Sakanyi a signé un accord sur les délimitations des frontières.

Mr Mova recevant les Honeurs de la PNC à Goma.

Le vice-premier ministre et ministre de l’intérieur de la République Démocratique du Congo M. Henry Mova Sakanyi, a fait dernièrement le déplacement de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, pour constater l’état des limites entre la République Rwandaise et la RDC, en marge de la signature d’un protocole d’accords sur les délimitations de ces deux pays avec son homologue de la défense du Rwanda Jems Kabarebe, à l’occasion de la commémoration de la journée internationale des frontières.

 Peu après sa descente sur les frontières Congolo-Rwandaise séparant la ville de Goma en RDC de la préfecture de Gisenyi au Rwanda, le vice-premier ministre et ministre de l’intérieur Henry Mova Sakanyi, qui s’est livré à la presse a souligné que, son déplacement était important par le fait que les questions de la frontière suscite souvent à travers le monde  des remous du fait qu’elle  présente le substrat  matériel d’un état. Surtout, a-t-il rappelé que, précédemment ces deux pays voisins s’accuser toujours de  violation des limites de l’un par l’autre. C’est pour cela, a-t-il poursuivi qu’il faille mieux que les efforts soient mis en contribution pour que, chacun connaisse ses limites, afin de ne plus retourner dans cette veille histoire de s’entre jeter des responsabilités de violation. Il s’est ensuite réjouit qu’ils aient fini ensemble avec son homologue rwandais  les études sur ce qui concerne les frontières de leurs territoires respectifs. Des études a-t-il ajouté, qui ont permis au moins que chacun connaisse ce qui appartient ou pas à son pays,  traduisant ainsi des limites officielles entre ces deux patries. D’autres étapes continuent, a-t-il révélé, dont celles avec l’Ouganda, le Congo-Brazza-Ville, l’Angola et la Zambie afin que des limites internationales soient finalement fixées dans la région, pour matérialiser le vouloir des africains après la colonisation, celle de l’intangibilité des frontières. Cela a-t-il renchéri, pour éviter qu’il y ait dans le futur les incidents liés à la délimitation de nos territoires. C’est vraiment une étape très importante, a-t-il apprécié, car jadis des tiraillements de tout genre en étaient enregistrés de manière permanente, surtout à la zone neutre, pour savoir où commence le territoire de l’un ou de l’autre. Avec cette étape a-t-il conclu, on peut aujourd’hui savoir où passe la ligne de démarcation entre les territoires rwandais et  congolais.

Papy Okito Teme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *