Parquet de grande instance de Goma : Le nouveau procureur de la République se rend compte de l’état de la prison Munzenze

le procureur de la République Mr Daufin Mawazo Fungamali, à la Prison centrale de Munzenze à Goma

C’est au cours d’une visite à la prison centrale de Goma dite Munzenze, intervenue dans 2 semaines de son arrivée dans cette ville, peu après sa nomination au titre du procureur général du parquet de grande instance de Goma que, M. Daufin Mawazo Fungamali, a bien voulu répondre à quelques préoccupations lui présentées par votre journal. Parlant de ce centre éducationnel, où il a été pour s’imprégner de sa situation intégrale, d’autant plus qu’il reste appelé à gérer les sujets pénitentiaires, ce cet homme de Droit, s’est dit inquiet des conditions difficiles dans lesquelles vivent les prisonniers, à forte raison que cette dernière construite pour accueillir 300 personnes selon les informations lui fournies par le gardien principal de la prison, compte à l’heure actuelle plus de 2000 personnes. Ce qui, a-t-il dit,  pose déjà problème pour leur encadrement dans un sens optimal. Les plaidoyers auprès des autorités pour la régularisation de cette situation, a-t-il poursuivi, sont tel que signalé par le gardien, faits de manière régulière. Donc, a-t-il laissé entendre, on attend toujours la réaction des autorités. Ce qui est compliqué, s’est-il étonné, est que les populations ne cessent de commettre des infractions au quotidien, et le parquet entant qu’organe de répression de ces infractions, ne peut pas laisser ces actes impunis. La politique, a poursuivi ce nouveau procureur de la République, voudrait à ce que nous puissions désengorger tant soit peu la prison, malheureusement les infractions sont commises tous les jours, ce qui demeure embarrassant.

De détenus dont les dossiers trainent encore à être clôturés, il a précisé qu’il a remarqué que le gros des dossiers en souffrance traine plutôt au niveau du  tribunal de grande instance.  Cela, a-t-il expliqué, peut-être dû au nombre très réduit des juges par rapport à celui des nécessiteux, sans également omettre les conditions dans lesquelles ils travaillent. Quant à sa politique visant de manière minimale qui soit, à désengorger cette infrastructure pénitentiaire, le nouveau procureur de la République du parquet de grande instance de Goma, a fait mention de la minimisation de certains faits, en les limitant par le paiement des amandes transactionnelles que de les foutre en prison. Dans le même ordre d’idées, il a mêmement appelé les populations à savoir que la justice est là pour réprimer les infractions, si elles ne veulent pas marcher conformément aux lois de la République, elles vont se retrouver dans des conditions leurs réservées par cette infrastructure carcérale. Clôturant l’entretien, il a laissé entendre que, la relation entre le parquet et les autorités pénitentiaires reste transparente et permanente, par le fait que,  c’est auprès de ces autorités que le parquet trouve de manière quotidienne toute la situation de la prison, à partir de laquelle il planche sur les cas des détenus pour des solutions adéquates.

Jean Paul Kombo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *