Catastrophe environnementale au Kasaï en RDC: la société russe « Alrosa » pollue l’environnement à travers l’exploitation minière en Angola

Il a fallu bien un peu du temps pour se rendre compte de la pollution de l’environnement par l’exploitation minière effectuée par la Société russe Alrosa, dans le Kasaï précisément dans les milieux ruraux traversés par la rivière Kasaï, où il est enregistré au quotidien des morts liés à la consommation de cette eau polluée et des poissons qui en proviennent. D’où, la perspicacité du gouvernement congolais devra jouer de manière le plus vite possible, pour arrêter les décès des populations de coin du pays en ramenant cette firme qui est basée en République d’Angola où elle exerce ses activités.

photo tiers

En effet, c’est depuisdébut septembre, que le gouvernement de la RDC a signalé une fuite de déchets toxiques en Angola voisin observée à la mine de Catoca, propriété de la société minière russe Alrosa.  La ministre national de l’Environnement de la RDC, Eva Bazaiba, a déclaré que les déchets toxiques avaient pollué la rivière Kasaï, qui se jette dans le fleuve Congo.  À la suite de l’empoisonnement de la rivière Kasaï, 12 Congolais sont morts et environ 4 500 personnes sont tombées malades, et des tonnes de poissons morts en ont été enregistrées.  Au total, environ un million de nos concitoyens a été touché par la rupture d’accès à l’eau potable et celle liée aux activités  de pêche. Le Centre pour la conservation de l’eau et des bios ressources du fleuve Congo, examinant les résultats des échantillons d’eau prélevés en août 2021,  a conclu que, la cause de la pollution de l’eau était une fuite de substances toxiques,  qui a entraîné une augmentation des concentrations de métaux lourds – nickel et fer.  Le gouvernement Angolais, où la rivière était polluée, a ignoré la fuite de déchets toxiques et n’a pas signalé l’incident à la RDC.  La société russe Alrosa, a également décidé d’éviter toute responsabilité et dommages.  De plus, il est  connu qu’Alrosa a signé un accord avec la société diamantaire d’État congolais MIBA sur la volonté d’échanger des technologies pour le développement de l’industrie du diamant en RDC.  L’incident entre Alrosa et la MIBA n’a pas non plus été évoqué lors de la signature de l’accord à la mine de Catoca. Selon des sources concordantes, la société russe Alrosa a été périodiquement impliquée dans des scandales liés à la corruption et à la pollution des rivières en Russie. 

Mais, malheureusement, les russes évitent toujours d’en faire un suivi sévère pour établir des responsabilités, par le fait que, le directeur général de ladite société, est fils d’un haut fonctionnaire – l’ancien ministre de Défense de la Russie.  Nous espérons que, les résultats de l’enquête sur la catastrophe environnementale survenue à la mine russe de Catoca, seront transparents et publiés dans les médias, et que les responsables de la pollution des rivières et des décès seront traduits devant les juridictions compétentes pour répondre de leurs actes. La plupart des entreprises étrangères ne s’intéressent qu’à l’exploitation minière en  RDC, et les locaux ne sont pour eux que de la main-d’œuvre bon marché.  La coopération de la RDC avec cette irresponsable entreprise russe Alrosa, sera-t-elle la cause de nouvelles catastrophes naturelles dans notre pays ?  Les technologies destructrices de cette entreprise, ne pollueraient-elles pas notre flore et notre faune ? Ou ne mettraient-elles pas en danger la vie de nos enfants ? Bien sûr que, notre pays devra développer et mettre en œuvre les technologies pour l’exploitation minière afin de se doter des moyens, sans pour autant oublier la protection de notre environnement riche en biodiversité et la préservation de la vie de ses citoyens

«  »Nous espérons que cette situation sera prise en compte par nos autorités  qui vont nous lire » ».

Okito-Teme Papy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *