En marge de la célébration de la journée de l’ONU : Une journée d’échanges et réflexions sur le rôle du genre dans la promotion de la paix et de la sécurité a eu lieu à Goma

Le bureau de la MONUSCO au Nord-Kivu, a dans le cadre de la célébration de  journée internationale des Nations Unies, célébrée le 24 octobre de chaque année, organisé lundi 25 octobre 2021 dans la cafétéria du bureau Alpha de cette mission onusienne à Goma,  une journée d’échanges et de réflexions sur le rôle du genre dans la promotion de la paix et de la sécurité en République Démocratique du Congo.

Cette activité  qui s’est jointe au thème «  Femmes, paix et sécurité en RDC » sous lequel la journée de l’ONU a été commémorée cette année, et à laquelle ont pris part, une cinquantaine des personnes parmi lesquelles, les journalistes, les acteurs politiques, ceux de la société civile, les représentants des agences de l’ONU regroupés au sien du panel sur les questions de la promotion du genre, ainsi que, différentes autorités de la place, avait pour objectif  d’examiner les perspectives sur le rôle du genre dans la promotion de la sécurité et de la paix en RDC.

Mais aussi, elle visait l’exploration  des traits spécifiques d’inclusion réussie des considérations du genre dans le système des Nations Unies et l’identification des prochaines étapes pour promouvoir l’intégration de la dimension de genre dans le secteur de la sécurité, y compris, les obstacles aux approches inclusives de genre.

A cette occasion,  le chef de bureau a de la MONUSCO au Nord-Kivu, a dans son intervention rappelé que, dans de telles situations d’insécurité comme celles observées à l’est de la RDC, la femme et l’enfant demeurent les  personnes les plus atrocement touchées.  Dans le cas de cette séance, a-t-il indiqué, il appartient aux participants de réfléchir profondément pour répondre à la question « Que faire pour amener la femme à participer activement dans le processus de la paix et de la sécurité en RDC ? ». Donnant quelques pistes, il a suggéré à ce que la femme soit associée de manière active et significative à tous les processus relatifs à la recherche de la paix et de la sécurité. Il a enfin parcouru quelques paragraphes de la résolution 13 25 de l’ONU qui appelle à la protection de la femme durant les moments de troubles et guerres en se focalisant plus sur  ses quatre piliers notamment, la protection, la participation, la prévention et l’intégration de la femme. Cela, avant de déplorer qu’au Nord-Kivu la femme soit  absente presque dans tous les domaines surtout ceux ayant trait aux instances de prise des décisions, par le fait qu’il n’y a aucune femme, administrateur de territoire, maire de la ville, très peu dans le parlement tant provincial que national.  Il y a certainement des efforts à fournir pour changer ces réalités, a-t-il enfin laissé entendre.

Cette journée a été également marquée par le tour de table de 5 panélistes  de la promotion du genre et de défense de droits de la femme dont, l’UNICEF, UN HCR, UNFPA, ONUFEMME, Section Genre MONUSCO, qui ont tour à tour exposé sur ce que chacun fait pour contribuer à la réussite des objectifs poursuivis en faveur de l’épanouissement de cette dernière.

Une séance de questions et réponses au cours de laquelle, les participants se sont édifiés sur ce qui est en train d’être fait et la responsabilité de femmes pour recouvrer  leurs droits, avait bel et bien été au rendez-vous, avant que l’activité ne prenne fin avec une note de satisfaction  pour les réponses données aux préoccupations soulevées.  

Papy Okito Teme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *