État de siège au Nord-Kivu : certains agents Humanitaires victimes de menaces de Mort

Nous avons accueilli avec joie et beaucoup d’espoir la décision du Chef de l’Etat portant instauration de l’état de siège au Nord-Kivu. Cette province longuement meurtrie par les affres de groupes armés semant la mort et la terreur au sein des populations civiles innocentes. Sauf que, nous commençons à constater avec beaucoup de questionnements nécessaires que, certaines actions liées à cette décision paraissent aller à côté en s’écartant des cibles authentiques pour se rabattre aux innocents. Loin de nous le vouloir de nous comporter aux donneurs des leçons, on aurait bien souhaité  une rectification des tirs.

« C’est depuis le 21 mai de l’année en cour que Mr Tony Kiumbe ancien coordonnateur de projets  et représentants  de l’ONG Geneva call  en RDC, a reçu  un appel anonyme le menaçant  de mort , suivi du deuxième  intervenu le samedi 07 août  et du troisième promptement menaçants le  Dimanche 22 août   de la même  année  », nous dit un membre de la famille de ce dernier. Et  à un autre d’ajouter, «  nous avons perdu contact avec notre frère depuis le 22 août après nous avoir alerté du problème. Nous demandons  aux services compétents de nous venir en aide pour retrouver notre frère qui serait en cavale ».

De tout ce qui précède , nous avons appris de nos sources que Mr Tony Kiumbe  pour être au moins clair, est reproché par ses bourreaux  d’avoir eu pendant son mandat à la tête de l’ONG Geneva Call  (appel de Genève ) des activités et collaboration avec les groupes armés  , mais aussi , avoir facilité à plusieurs reprises, le renforcement des capacités de combattants du groupe armé APCLS  à Genève  en Suisse,  ce qui pousse à ses détracteurs à juger ces activités de soutien direct aux groupes armés  au Kivu.

Face à cette accusation, la famille et amis de Mr Tony Kiumbe  confirment que, ce dernier est un ex-agent de Geneva call, et n’a pas participé directement ou individuellement à la plus part des activités de cette ONG dit ‘’Appel de Genève’’,  mais il y était à titre  d’agent Humanitaire.

Il sied de signaler que, l’ONG Appel de Genève Traduit de l’anglais-Geneva Call, est une organisation non gouvernementale basée à Genève, en Suisse qui a son bureau à Goma dans le Nord-Kivu et qui exerce ses activités plus particulièrement dans le Masisi. Cette organisation, avait signé un accord depuis  le 18 août 2019,  avec les leaders militaires de l’Alliance des Patriotes pour un Congo Libre et Souverain (APCLS). Cet accord par un acte d’engagement pour la protection des soins de santé pendant les conflits. Il engage les parties signataires  à respecter et protéger les blessés, les malades – civils ou militaires – le personnel de santé, les installations et transports sanitaires. En échanges  l’ONG devrait  faciliter à ses partenaires certains services que seules, les autorités de cette ONG  devraient savoir définir.

Tout compte fait, les autorités du Nord-Kivu et ceux ayant la gestion des mesures relatives à l’état de Siège,  devront avant tout se focaliser sur  les missions réelles  de cette ONG qui ne sont clairement définies  et sa collaboration avec les groupes armés au Nord-Kivu mais, qui fonctionne en toute quiétude,  à la place de s’apprendre aux  simples ex- agents qui n’étaient  qu’enquête  de l’emploi.  « Tout en espérant  que, cette ONG n’est pas impliquée dans le soutien aux groupes armés  dans le Masisi, nous demandons  aux autorités ayant en charge la gestion des ONG en RDC, de chercher à bien  comprendre et cerner les activités et mission de Geneva call, qui semble n’avoir pas été honnête envers la République  dans son cahier de charge. Nous connaissons  par exemple c’est  que fait le CICR dans le monde, mais la mission de Geneva call est très entachée d’irrégularités, et nous croyons à un agenda caché derrière  ses soutient aux groupes armés ». Nous indique un habitant d’une des localités de Masisi.

De notre part, nous tenions à vous signaler que, nous  avons fait le nécessaire pour connaitre ce que fait Mr Tony Kiumbe.  Présentement, il travaille comme Directeur des opérations chez CRISPA-Africa Grands Lacs, sauf que,  les menaces qui pèsent sur lui inquiètent au plus haut point ses collègues de service et les membres de sa famille, contre lesquelles, ils demandent  aux associations de défense de droits de l’homme notamment  le BCNUDH de la Monusco et autres  de les aider pour que le leurs retrouve sa quiétude et vaque librement à ses occupations

« Nous croyons pouvoir Espérer que les autorités feront de leur mieux  que cette affaire  se termine en bonté  et que notre frère  se retrouve en paix », ont-ils conclu.

SALA KEBA !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *