08 mars/ Nord-Kivu : Le Forum National de la Jeunesse a vulgarisé le pacte international relatif aux droits civils et politiques de la jeune fille

(echodop 2021)

En marge de la journée internationale dédiée à la femme, le 1er  Vice-président Provincial du Forum National de la Jeunesse au Nord Kivu, M. Fiston Kheta, a vulgarisé le pacte international relatif aux  droits civils et politiques de la jeune fille. La jeunesse étant une pépinière d’un renouveau politique assaini, il a bon choisi d’axer son message adressé aux jeunes filles et femmes, sur leur intégration aux programmes modernes d’éducation civique . Ensuite, Il les a encouragés à se doter des compétences optimales, afin d’être compétitives dans le monde de l’emploi institutionnel dont le mode d’accession est défini par les textes constitutionnels. Pour lui, la femme est le seul espoir pour relever la pente de discrimination sociale dont ses semblables sont régulièrement victimes.

Le forum national de la jeunesse FNJ / Nord Kivu, n’a pas hésité d’honorer ses membres femmes pour avoir répondu significativement à ce rendez-vous non négligeable, pour lequel, ils ont échangé et réfléchi autour de leur situation intégrale, à l’occasion de  la journée du 8 mars, relativement à l’instruction du Président national de cette organisation, honorable Patrick Katengo, ambassadeur universel de la paix.

Le mot de circonstance a, à cette occasion été prononcé par le 1 er vice- président provincial Fiston kheta Paluku représentant personnel du Président provincial, Ally  Kabengera Baraza empêché. Il a également remercié ces femmes, pour avoir bien voulu associer les hommes dans le cadre de la commémoration de cette journée leur dédiée,  célébrée sous le thème «  leadership féminin pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 » retenu sur le plan international.

Il a enfin demandé aux femmes et jeunes filles, de déployer plus d’efforts pour approfondir leurs connaissances dans tous les domaines, plus particulièrement politique, pour accéder aux instances de prise des décisions, en vue de faire entendre leur voix et militer aisément pour le respect de leurs droits.

Ceci, avant de rappeler que, rien ne pourra se faire par clientélisme, fanatisme ou favoritisme, pour que la femme participe de manière acceptable au développement de sa contrée ou de son pays, si ce n’est seulement pas, par le canal de compétences, du savoir-faire, et du sens élevé de l’amour de la patrie. D’où la nécessité de se former sans complaisance, en reste d’utilité incontournable et à appuyer par tous pour un bien être commun.

LE BULDOZER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *